Photographier et filmer les aurores boréales

Les plus beaux châteaux d’Espagne
2 octobre 2020
Top 10 des villes végétaliennes en Europe
2 octobre 2020

Comment photographier et filmer les aurores boréales ? Pour répondre à cette question, nous ne pouvons pas nous contenter de dresser la liste des équipements nécessaires à la caméra ou d’indiquer les réglages à utiliser sur la caméra.

Nous vous aiderons à comprendre les étapes à suivre pour obtenir de belles images des aurores polaires. Voici une liste des sujets que vous devez connaître pour photographier les aurores boréales :

Dans ce guide, nous allons essayer de vous donner toutes les informations les plus utiles sur la façon de photographier et de filmer les aurores boréales, y compris pour chaque chapitre l’intervention d’un expert sur le sujet. Nous commencerons par une série de prémisses qui nous permettront de connaître ce merveilleux phénomène et, par la suite, nous poursuivrons par un examen plus technique et approfondi de la manière de le photographier.

Reflexes courants en voyant les aurores boréales

En fréquentant les nombreux groupes Facebook dédiés aux voyages, il existe beaucoup de confusion et de controverse sur le sujet, car beaucoup de gens demandent quand on peut observer les aurores boréales.

L’aurore peut apparaître toute l’année, mais elle n’est en fait visible que lorsqu’il fait assez sombre. Nous pouvons donc établir que la saison des aurores boréales comprend à titre indicatif les mois de septembre à mars, s’étendant jusqu’à la fin du mois d’août et au début du mois d’avril. Il n’est donc pas possible d’observer ce phénomène en été, ne serait-ce que pendant les mois centraux tels que juin, juillet et la première partie du mois d’août, qui, dans certaines régions arctiques et subarctiques, sont caractérisés par le soleil de minuit.

Une question supplémentaire, j’imagine, se pose spontanément : existe-t-il des mois meilleurs que d’autres pour l’observer ? Partant du principe qu’avec la nature il n’y a jamais de certitude, les meilleurs mois semblent être mars/avril et septembre/octobre, près des équinoxes où il y a plus d’orages géomagnétiques et donc plus d’activité (on se réfère à cet égard à l’étude menée par l’astrophysicien de la NASA David Hathaway qui a comparé les données recueillies en 75 ans de recherche). En tant que calendrier, il est difficile de faire des prédictions générales. En général, la fréquence des aurores boréales est plus élevée entre 21 heures et 1 heure du matin, mais ne faisons pas trop confiance et continuons à lever les yeux au ciel.

Lieux stratégiques où apercevoir les aurores boréales

Une autre question récurrente sur le sujet concerne les meilleurs endroits pour voir les aurores boréales. Savoir où elle se manifeste est en fait le point de départ si vous voulez la photographier ou la filmer.

La première règle est qu’il faut aller au nord dans ce que nous appelons les zones arctiques et subarctiques. L’aurore boréale se manifeste en effet de manière indicative entre 60° et 75° de latitude, à l’intérieur de ce que l’on appelle l’ovale auroral, une bande elliptique qui définit la limite de visibilité en latitude du phénomène. Il faut noter qu’à mesure que l’intensité augmente, cet ovale a tendance à s’étendre vers le sud, ce qui permet d’observer l’aurore même à des latitudes plus basses.

Les aurores boréales peuvent être observées en Alaska, au Canada, au Groenland, en Islande, en Laponie, en Norvège, en Russie (région de Carélie et péninsule de Yamal) et dans les îles Svalbard. En Amérique du Nord, il existe des endroits situés bien en dessous de la ligne du cercle arctique qui se trouvent dans l’ovale et qui sont donc d’excellentes zones d’observation. Certains sont même considérés comme les meilleurs au monde, comme les Territoires du Nord-Ouest ou le Yukon.

Parce que l’Amérique du Nord (y compris le Groenland) est moins accessible pour une question économique, la meilleure solution en Europe se trouve en Laponie ou en Islande.

En parlant toujours de “où” photographier les aurores boréales, il est essentiel de chercher un endroit loin de la pollution lumineuse des centres urbains, qu’il s’agisse de villes ou de petits villages. Vous devez avoir autant de noirceur que possible, et ce n’est pas toujours facile. Certaines régions du monde sont évidemment plus avantageuses de ce point de vue, étant plus isolées et éloignées que d’autres. Songez par exemple à l’Alaska, au Nord du Canada ou au Groenland (surtout à l’Est). Il existe des sites web qui, grâce à des cartes, mettent en évidence les endroits les plus sombres et les plus touchés par la pollution lumineuse, par exemple la carte de la pollution lumineuse du Blue Marble.

Pour prendre de bonnes photos, c’est très important. Vous pouvez essayer de demander conseil à des groupes de photographie ou de voyage, ou essayer une tournée de reconnaissance si vous pouvez passer plusieurs jours dans la même zone.

Les conditions météorologiques idéales 

Après avoir compris où et quand vous pouvez voir les aurores boréales, nous devons indiquer les conditions météorologiques les plus favorables pour notre objectif. Le temps est l’un des premiers facteurs à prendre en compte : pas d’aurore boréale si le ciel est couvert, celui-ci doit en effet être entièrement dégagé, ou presque.

Bien sûr, cela ne veut pas dire qu’un ciel clair correspond toujours à une aurore boréale. Mais si elle se manifeste, vous aurez besoin de ces conditions pour l’observer et la photographier décemment. Les applications météorologiques à portée de main.

Il est clair que les caractéristiques physiques d’un lieu affectent le climat et que certains endroits sont plus susceptibles d’être affectés que d’autres. En Europe, la région du parc national d’Abisko est l’un des meilleurs endroits pour observer et photographier les aurores boréales grâce au fait qu’elle a un climat très sec dû à la présence de hautes montagnes qui agissent comme une barrière aux perturbations venant de l’Atlantique.

Pour les prévisions météorologiques, nous recommandons le site web Vedur pour l’Islande, où la carte montre les zones claires en blanc et les zones nuageuses en vert, tandis que pour la Norvège et les îles Svalbard, nous indiquons l’année non, le service météo web de l’Institut météorologique norvégien.

Prévision des aurores

Après avoir expliqué le lieu et le moment, vous devez vous occuper de la prévision des aurores. Le phénomène est imprévisible, du moins à long terme, mais il existe encore des prévisions que nous pouvons et devons prendre en compte lorsque nous nous trouvons en train de photographier. Les prévisions fiables sont généralement de 48 heures. Comment photographier les aurores boréales sans savoir si elles vont se manifester ou non ?

Grâce aux satellites, vous pouvez détecter les éruptions solaires qui sont source de fortes aurores. Ensuite, en croisant l’activité solaire avec les données relatives à la vitesse des particules de vent solaire, il est également possible de prédire leur intensité et leur position.

Le premier facteur est l’indice Kp (en italien K planétaire) qui identifie l’intensité du phénomène. C’est une échelle de 0 à 9 qui indique pour chaque zone quel Kp est nécessaire pour que l’aurore soit visible, si bien sûr les conditions météorologiques sont favorables. Elle part de la valeur minimale de 0 pour atteindre 9 ; plus le Kp est élevé, plus l’aurore sera intense et plus elle sera visible au sud de l’ovale auroral. De Kp5 à Kp9, on parle d’orage géomagnétique et on utilise une échelle de 1 à 5 et les initiales G. (Kp5 par exemple correspond à G1).

En parlant toujours de prévisions, même la carte dite “d’ovation” est très utile pour comprendre si nous pourrons voir les aurores, si le temps le permet. Ce type de carte indique l’intensité et la localisation de l’ovale des aurores, ce qui permet d’obtenir des prévisions à court terme assez précises.

Etat physique et vêtements adaptés

Photographier en hiver, à des températures froides, n’est pas facile si vous n’êtes pas un minimum habitué physiquement et équipé de bons vêtements. Si nous voulons photographier les aurores boréales, nous devrons probablement rester à l’air libre pendant un certain temps. Sans compter que la nuit, les températures sont toujours en baisse.

Le premier conseil est de ne jamais surestimer votre résistance au froid. Ne soyez pas un super-héros et ne risquez pas d’avoir des engelures. Protégez votre corps avec de bons vêtements, en utilisant la technique des couches et en portant des vêtements thermiques, peut-être en laine, en contact avec la peau (évitez absolument le coton).

En ce qui concerne ce sujet, vous devez porter des gants. J’en avais apporté deux ou trois qui me permettaient de manipuler l’appareil sans problème. Dès que vous sentez une petite douleur dans mes doigts, glissez-les rapidement dans ma poche en essayant de les bouger pour les réchauffer. Certaines mitaines sont parfaites pour l’occasion. Et enfin, restez hydraté, ceci est valable en toute saison, en buvant peut-être quelques boissons chaudes.

Équipements et réglages techniques 

La photographie de nuit, et plus particulièrement celle des aurores boréales, requiert un minimum de connaissances du support et des règles de la photographie. Disons que vous n’improvisez pas pour photographier les aurores boréales. En plus de ces connaissances, il est nécessaire de disposer d’un équipement technique adapté, afin d’éviter des tirs qui ne sont pas dignes de ce nom. Lorsque vous rentrerez chez vous et que vous regarderez les photos, vous ne regretterez pas l’investissement que vous avez fait. Quel équipement est nécessaire pour photographier les aurores boréales ?

Avant de comprendre comment gérer le timing et l’ouverture, voici quelques conseils sur la façon de régler certains éléments de l’appareil photo pour filmer dans les meilleures conditions. Quelques astuces pour photographier les aurores boréales, en partant de la base.

La première est sûrement le choix du fichier RAW qui permet une meilleure qualité et performance de la prise de vue, ainsi que plus de possibilités d’édition en post-production.

Tournage en RAW, la balance des blancs peut être modifiée en cours d’édition. Le régler correctement lors de la prise de vue permet d’avoir un histogramme plus précis (ce qui vous aidera à voir si vous avez assez de détails pour les zones claires et sombres). J’ai beaucoup lu sur le web sur la façon de régler la balance des blancs pour les photographies d’aurores boréales. La plupart des “experts” recommandent de photographier en Kelvin, avec une valeur comprise entre 2800 et 4000, en quelques mots en mode “tungstène”, pour avoir un ciel avec des dominantes plus bleues.

Désactivez ensuite le stabilisateur d’image, si vous l’avez activé, à la fois pour l’appareil photo et pour l’optique que vous utiliserez.

Pour le compteur d’exposition, beaucoup de gens recommandent la matrice, mais le mieux est de faire un test et de voir ce qui convient à notre appareil photo.

Vérifiez l’histogramme des couleurs pour vous assurer que vous n’avez brûlé aucune zone. Le conseil général est cependant de sous-exposer un peu pour ne pas brûler la couleur de l’aurore elle-même. Avec un bon appareil photo, vous pouvez facilement récupérer les zones sous-exposées (il est généralement possible de récupérer 3 ou 4 arrêts).

Utilisez une télécommande (avec ou sans fil), un retardateur rapide ou une application (voir Sony) pour filmer sans toucher la caméra, en essayant ainsi de minimiser les vibrations.

Déplaçons maintenant les temps, l’ouverture et l’ISO. Tout cela doit évidemment être réglé en mode manuel. Comment photographier les aurores boréales si vous ne réglez pas la bonne heure et l’ouverture correcte ? Les paramètres “de base” peuvent suffire, mais le fait est que les aurores ne se manifestent pas toujours dans les mêmes conditions et avec la même intensité. Il faut donc mieux comprendre comment tout cela fonctionne et le mettre en place correctement de temps en temps. Le meilleur diaphragme pour photographier les aurores boréales est de 2,8, mais même avec des ouvertures de 3,5 à 4, vous pouvez faire de bonnes photos. Il est recommandé de ne pas descendre en dessous de l’ouverture de 2,8 car nous aurions une ouverture trop grande et il deviendrait plus difficile de faire la mise au point.

Mais souvent, cette considération doit aussi être faite en fonction de l’optique choisie Pour ce qui concerne la vitesse d’obturation, il est recommandé d’utiliser des vitesses d’obturation comprises entre 2 et 30 secondes maximum. De 2 à 8 s’il est particulièrement intense, de 15 à 30 s’il est plus suffusé.

 N’oubliez pas, cependant, que les aurores boréales se déplacent rapidement, et que l’utilisation d’un temps dilaté n’est pas toujours une bonne idée. Si elle est particulièrement “vivante”, il est préférable de descendre à 4-5 secondes pour éviter un effet “pétri” et plutôt capter son mouvement. La règle générale pour les ISO est de les maintenir aussi bas que possible, bien que les appareils photo d’aujourd’hui puissent parfaitement gérer des ISO très élevés sans créer beaucoup de bruit. Ce choix est toutefois lié à l’intensité et à la vitesse de l’aurore et donc à la vitesse d’obturation fixée. Si vous avez des temps plus rapides, amenez les ISO dans une plage de 1600 à 3200, en tenant toujours compte du fait que votre appareil photo peut ou non supporter des ISO élevés.

Contrairement aux autres types de photographie de nuit, il n’y a pas de problème s’il y a une lune dans le ciel. Évidemment, dans ce cas, ayant plus de lumière, il sera nécessaire d’ajuster les réglages de tir. Nous pourrions abaisser la valeur ISO (800 serait bien) et utiliser des vitesses d’obturation plus rapides.

Parlant de mise au point pour photographier les aurores boréales, nous avons deux certitudes : manuelle et sur l’infini. D’accord, ce n’est pas si simple, mais avec un peu d’orientation et de formation, tout ira bien. C’est peut-être la partie la plus complexe, du moins au début.Après avoir entré la mise au point manuelle, vous partez à la recherche de l’infini. Il existe de nombreuses façons de le faire, notamment en utilisant le symbole de l’infini sur la bague de l’objectif. Attention toutefois à ce qu’elle ne soit pas toujours parfaite. Si votre caméra est équipée de la fonction Live View, cette option est la plus recommandée. En gros, vous pointez sur un objet lumineux, comme une étoile ou une planète, que vous pouvez agrandir avec Live View. Ensuite, tournez la bague et ajustez-la jusqu’à ce que vous ayez le meilleur point de focalisation. L’objet en question doit apparaître sous la forme d’un point précis. A ce stade, le feu est là, mais faites attention à tout bloquer (même avec du scotch), car le moindre mouvement pourrait vous faire perdre le fil.

Mode opératoire pour filmer les aurores boréales

Photographier les aurores boréales n’est pas impossible, mais par rapport à la simple photographie, c’est un peu plus complexe et nécessite un équipement spécifique. Nous avons ensuite demandé à Ottavio Giannella, photographe documentaire et paysagiste qui étudie depuis longtemps le phénomène des aurores boréales et qui en a photographié et filmé beaucoup dans tout l’Arctique.

Pour filmer les aurores boréales, il faut tout d’abord une caméra à la hauteur de la tâche, qui est compliquée en termes de luminosité. En fait, alors qu’avec n’importe quel reflex numérique, vous compensez en allongeant les vitesses d’obturation pour la prise de vue, en vidéo, il n’est pas possible de le faire, il est donc nécessaire que notre appareil fonctionne parfaitement à un iso très élevé. Afin de capturer le phénomène des aurores boréales de la manière la plus réaliste possible, c’est-à-dire aussi fluide que nous le voyons et avec les mêmes mouvements qu’il effectue à ce moment, il est nécessaire d’utiliser un minimum de 1/25 comme vitesse d’ouverture de l’obturateur. Il est nécessaire d’utiliser toute la lumière possible et pour ce faire nous avons besoin d’objectifs avec des ouvertures de diaphragme très poussées, comme le Sigma Art 20mm 1.4. Avec un diaphragme comme le F1.4, la mise au point est compliquée et doit évidemment être réglée sur les étoiles, en faisant attention aux sujets proches qui seront évidemment flous en raison de la grande ouverture utilisée.

 Les plans les plus répandus sont conformes à cette configuration : 1/30 20mm à 1,4 et 36 000 iso. Si la lune est présente, vous pouvez descendre jusqu’à 26 000. Les seules caméras qui peuvent actuellement filmer ce genre de séquences avec une grande qualité sont les Sony A7S et Sony A7S2 ;

Evénements pour éviter les chocs thermiques et la condensation. Ne pensez pas que votre travail est terminé après avoir photographié les aurores boréales. Il faut encore faire attention à deux choses, deux ennemis de la caméra appelés choc thermique et condensation. Ce n’est pas tant le froid qui crée des problèmes, mais plutôt la transition rapide d’un environnement chaud à un environnement froid et vice versa (surtout ce dernier). Le changement de température crée de la condensation, qui s’infiltre silencieusement dans chaque centimètre de la caméra. C’est l’inconvénient à éviter lorsque l’on photographie les aurores boréales. Vous devez toujours faire tout votre possible pour éviter les grands changements de température, avant et après la prise de vue. Quoi ? Lorsque vous sortez, attendez un peu avant de sortir l’appareil photo de votre sac ou de votre sac à dos. De cette façon, il se refroidira plus lentement et une fois proche de l’utilisation, nous n’aurons pas de condensation sur la lentille. De la même manière, lorsque vous avez terminé votre séance, retirez la carte SD et les piles (mettez-les dans votre veste pour les aider à se réchauffer) et mettez l’appareil photo, avec l’objectif toujours fixé, dans un sac plastique hermétique où vous le laisserez pendant quelques heures. De cette façon, toute condensation due à un changement de température sera créée à l’extérieur du sac et non sur la machine. Si vous n’avez pas le sac hermétique, vous pouvez le mettre dans le sac à dos (mais vous n’aurez pas à l’ouvrir pendant quelques heures si vous êtes à l’intérieur). Si quelque chose ne va pas en termes de condensation, séchez immédiatement l’appareil photo avec un chiffon (éventuellement en microfibre). Mettez-le à côté du chauffage, mais pas sur le chauffage, et attendez. C’est une question très importante pour savoir comment photographier les aurores boréales sans endommager le matériel

Professionnels de la photographie d’aurores boréales et conseils pratiques

Francesca Dani, ancienne cosplayer internationale, est aujourd’hui une grande photographe spécialisée dans la photographie de nuit (Voie lactée et aurores boréales) et de paysage. En plus de son travail de photographe, elle accompagne des groupes en Laponie et à Tchernobyl et organise des ateliers de photographie en Toscane.Andrea Celli est une photographe florentine indépendante spécialisée dans le reportage, la photographie de rue et de paysage. Il voyage pour raconter des histoires à travers ses photographies et est un grand fan de l’Islande et du ciel nocturne.